« La carrière du docteur Raus »

L’homme est petit mais ses idées sont grandes. On porte tous la flamme du divin en nous; encore faut-il avoir la force d’en faire quelque chose.

La pièce relate le parcours de Francysk Skaryna, jeune Docteur, rêvant d’universaliser la lecture en langue russe des textes saints grâce à l’imprimerie. Pendant des années, il traverse la Pologne, l’Allemagne, et bien d’autres pays d’Europe à la recherche d’un mécène; un voyage qui aura raison de lui, pas de son oeuvre.

Ce qui m’a beaucoup touché dans « La carrière du docteur Raus », c’est que ce jeune homme, sans prétentions, malgré les échecs et le rejet des gens puissants de tous horizons, continue pendant des années son voyage dans l’espoir de trouver quelqu’un qui portera la même envie de progrès, une évidence pour lui. L’espoir et la détermination, c’est tellement beau. La pièce m’a beaucoup appris sur l’histoire des pays de l’Est et sur tous les conflits absurdes qui les ont déchiré – parfois, je me dis que le temps et l’espace n’y changent rien – , une histoire qui se réécrit sans cesse… Skaryna, sorte de Gutemberg-vagabon, n’a pas agi pour la célébrité, n’a pas été découragé par la répression et la bêtise des gens de pouvoir: il s’est battu pour sa création, devenue indispensable à l’homme. Il a vécu pour quelqu’un chose de plus grand que lui, comme un vrai héros.

J’étais très émue à la fin du spectacle, en pensant à tous ces gens rejetés par leur époque mais adoubés par l’Histoire de l’humanité. Même s’ils ont échoué de leur vivant, je crois que la vie c’est ça, peu importe le résultat, il faut toujours se battre pour défendre ce qui nous tient vraiment à coeur. Même si le monde est contre nous, si on ressent que c’est juste dans son coeur, il ne faut pas abandonner. La force divine est en nous. J’espère pouvoir me battre pour de grandes choses dans ma vie, aider à soigner le monde, souder l’humanité et apaiser un peu l’âme de l’homme et de la nature, chacun à sa façon. Mais nous devons mettre nos idées, notre potentiel au service de l’humanité, et pas de la société ou de la religion, mais au service de la voix du monde qui vibre en nous, instinctivement. Il faut l’écouter, la laisser s’exprimer et surtout ne jamais abandonner.

J’étais heureuse en sortant de la pièce, pleine d’espoir, d’admiration. J’ai ri, j’ai été en colère et j’ai appris que les Biélorusses savent être très grinçants sur certains sujets tabous.

J’ai admiré le charisme, la précision de l’expression corporelle, le jeu généreux de chaque acteur. Et que de beaux moments émouvants..!

Je me rappellerai longtemps de ce gros juge Russe, mangeant avidement ses cacahuètes alors qu’on brûlait les livres d’un Francysk abattu, au terme d’une parodie de justice…

On peut encore lire et écrire librement, n’oublions pas que des gens se sont battus pour ce droit.

Juliette Pi

Ce diaporama nécessite JavaScript.

«L’Express français»

20770339_1596852223689865_7513517607565173968_n

Concert d’études théâtrales intitulé «L’Express français»

Chers amis!

Chaque août entre Paris et Minsk circule «L’Express français», comme le fameux « Orient Express » circule entre Paris et Istanbul !

Les Associations « MOO TEATRO » (Bélarus) et «Demain Le Printemps» (France) invitent les amis de la culture francophone et de l’art dramatique à un concert d’études théâtrales intitulé «L’Express français» autour de l’école Théâtrale Biélorusse. Vous verrez le résultat du travail collectif des acteurs et réalisateurs du Bélarus, de la Belgique, de la France, du Maroc et de la Tunisie. Pendant un mois, nos artistes vont s’imprégner de l’atmosphère de la vie des habitants de Minsk, se familiariser avec la tradition théâtrale Biélorusse.

Nous invitons tous ceux qui connaissent notre projet, tous ceux qui voudraient faire connaissance avec nous ainsi que tous les amateurs de la culture française, et ceux qui apprennent et sont intéressés par la langue française, à visiter le concert des études théâtrales «L’Express français» le 29 Août à 19h00 sur la scène principale du Théâtre républicain de la dramaturgie biélorusse. Le concert a été préparé dans un programme de coopération de MOO « Teatro » et du RTBD « L’arc théâtrale ».
Les études sont accompagnés d’une traduction simultanée en russe!

« L’express français »
29 août 2017
19.00
Théâtre républicain de la dramaturgie biélorusse
Rue Kropotkina, 44

Profitons ensemble du théâtre !!!

Théâtre sans frontières !!!

 

Débats avec des participants du groupe théâtral

29214285_1868182319890186_1958823215203614720_n
Chers amis!
Le 19 mars à 19.00 au Théâtre républicain de la dramaturgie biélorusse auront lieu les débats avec des participants du groupe théâtral de France, du Canada et de Suisse. Les acteurs vont répondre à toutes les questions qui vous intéressent au sujet «La vie des Français au Bélarus» ou «Tout ce que vous voulez savoir sur les Français mais n’osez pas demander».

 

Conte « A la recherche de la magie »

Ce diaporama nécessite JavaScript.

D’après la pièce de Michael Heifets «A la recherche de la magie»

L’histoire se passe dans le fantastique cirque du Printemps. Tout se déroule à merveille, et des artistes de grands talents offrent des numéros exceptionnels chaque soir à leur public.

Seulement voilà, le cirque est dirigé par un homme avare et malhonnete, plus intéressé par l’argent que par l’art. Un beau jour, il décida de renvoyer tous les artistes pour les remplacer par des robots.

Les artistes furent abattus et désespérés de pouvoir sauver leur cirque. C’est alors qu’une petite fille dote de pouvoirs magiques extraordinaires fit apparaitre une lueur d’espoir.

Place à la magie

Mise en scène:

Yulia Boukchanovitch

Et dans les roles de:

La jongleuse Juliette Pi

Le clown Léonard Klein

L’acrobate Valentin Texier

La dompteuse Bénédicte Bérubé

Les singes Lydia Weyrich, Jehanne Polosson et Cyntia Gromy

La petite fille Léanna Kuperty

Directeur du cirque Marc Derville

Patron de l’usine Romain Tarnaud

Ingénieur Damien Ladeveze

Son Lydia Weyrich

Accessoires Juliette Pi et Cyntia Gromy

Remerciements à Demain le Printemps

Concert d’études théâtrales « Dessert français »

28471349_1850878794953872_866088122705253366_n

Chers amis!
Le 23 mars à 19h00 au Théâtre républicain de la dramaturgie biélorusse aura lieu la première du spectacle « Dessert français »!
Cette soirée printanière inoubliable du «Dessert français» vous plongera dans un monde de tendresse et d’exaltation à la française. Sentez dans vos coeurs l’amour, une marée positive et un optimisme infini grâce au jeu passionnant de jeunes acteurs Français, Canadiens ou Suisses!
Nous y invitons tous ceux qui connaissent déjà notre projet, tous ceux qui souhaitent le découvrir et tous les amoureux de la culture française. La performance sera accompagnée d’une traduction simultanée et de sous-titres en russe!

 

Concert d’études théâtrales « 50/50 »

5a33e807e694aa2109279788

Chers amis !

Le 20 décembre nous vous invitons à un concert d’études théâtrales intitulé « Fifty-fifty» !

Nous attendions avec impatience la performance de la МА14 et voilà le moment tant attendu est arrivé !
Nous invitons tout le monde à se plonger dans l’atmosphère de la fete et à passer ensemble une belle soirée, préparée par de jeunes artistes talentueux venus de la France, de la Suisse et du Canada !
« 50/50 » – c’est un concert d’études théâtrales, ou les acteurs-débutants de la France,de la Suisse et du Canada qui améliorent leurs compétences théâtrales au Théâtre Républicain de la dramaturgie biélorusse vous présenteront des numéros dramatiques, vocaux, et de danse. Et dans le deuxième acte de la pièce, nous vous invitons à vous plonger dans le monde merveilleux du conte interactif de Noël « A la recherche de la magie », qui sera intéressant pour les enfants et les adultes!
Nous invitons tous ceux qui connaissent déjà notre projet, tous ceux qui veulent faire connaissance avec nous, et tous ceux qui aiment la culture française et qui apprennent ou veulent apprendre le français. Les études et le conte seront accompagnés d’une traduction simultanée en russe !

 

 

БЕТОН (BÉTON)

Ce que vous lirez entre les guillemets est une réflexion que j’ai eue après avoir vu le spectacle Béton au RTBD à la mi-octobre au RTBD avec une partie de la Ma14. Depuis, tout le groupe a eu la chance de voir ce spectacle, un comme on rêverait d’en voir dans notre Occident. Les impressions qui suivent ont été couchées sur le papier, à chaud, quelques instants après la sortie de la salle. Chacun en a reçu quelque chose de particulier et propre à soi. Dans l’avenir, nous essaierons d’avoir les impressions du reste du groupe. Et pour ce que vous ne comprenez pas, n’ayez crainte, un spectacle comme celui-là mérite qu’on y retourne encore et encore; pour que vous en compreniez par le biais de nos impressions le sentiment le plus juste possible. Bonne lecture!

« Voilà plus d’un mois que je suis arrivé au Belarus.

De vision en vision, l’endroit se découvre à moi, l’âme se dévêtit devant mes yeux. Spectateur avant d’être acteur.

C’est suivant cet ordre que je viens de tenir entre les vingt doigts que comporte mon corps banal – mon corps d’humain exceptionnellement normal, d’acteur incroyablement, idéalement normal. Comme tout le Monde. Les acteurs et le public. – ma vérité pour la scène: je ne suis ni poétique, ni touchant, ni drôle, ni triste, ni méchant, ni gentil; le public l’est lui s’il me trouve, m’entend ainsi.

Je suis tout, je suis rien.

Je ne suis tout, je ne suis rien.

Je ne suis pas tout et je ne sais rien.

Béton.

Aussi banal, uni, beau, laid et vide et plein qu’un mur de béton gris.

Mais sur cette surface triste s’éveille alors une rumeur première, une fenêtre de lumière s’allume et naissent enfin les mondes.

Autant qu’il y avait d’humains au Théâtre républicain de la dramaturgie biélorusse en cette pluvieuse soirée d’octobre.

Autant que nous sommes sur Terre. »

Romain Tarnaud

 

béton affiche